Art Project

MARCHE CLIMAT

Marche climat

Affiches & Flyers
Contre les mesures trop molles consacrées à l'écologie.
Pour une écologie radicale et sociale.
AnticapitalVerte

Construction de l'affiche

Les immeubles représentent les habitats du grand capital, les strates sociales montantes qui s'approprient les biens, l'écologie, la nature, la lumière ...
Laissant un univers sombre et désert à leur pied, ou des individus habillés de noir, portant des drapaux noirs se préparent à investir les lieux, les déloger pour prôner l'égalité, l'abolition de la propriété et des privilèges, l'écologie sociale et radicale.

" Plus de drapeau rouge, mouillé du sang de nos soldats. J'arborerai le drapeau noir, portant le deuil de nos morts et de nos illusions."
Louise Michelle

L'individu nu, au centre, le poing levé, se trouve au côté du "peuple", symbole de la paix mais surtout de la justice souhaitée, apportant une touche de lumière dans la pénombre.

Les Couleurs

Prévue pour une impression sérigraphiée bicolore.

Une des affiches arbore les message et les codes du rouge et du noir, traduction de la violence subie. Cette violence insoutenable qui fait monter la révolte.

Souhaite t'on toujours communiquer uniquement autour du sang, des larmes, de la violence de la révolte et du désespoir ? Souhaite on toujours rester dans un entre soi colorimetrique et iconique de l'anarchisme et du communisme ?

L’option de partir sur un bleu ciel parle au delà du message de lutte prôné par toute l’histoire du dessin et du texte. Le bleu parle de sagesse, de vérité, de sérénité. C'est volontairement sortir de certains codes établis. C'est prôner un imaginaire au delà de la violence de la lutte, un imaginaire d’avenir prometteur, une ligne d’horizon, un idéal, ou la communication non violente, le respect, le respect dans la différence, la bienveillance, le prendre soin, la douceur, la solidarité, la liberté, l’égalité… font enfin parti du réel.
Le jaune symbolisant l’espoir, l’association de ces deux couleurs soutien un message plus global qui parle de la raison de la lutte et tout ce qu’elle renferme comme aboutissement.
N'avons nous pas besoin, pour moteur de lutte individuelle de penser un réenchantement du monde, de pouvoir se projeter dans un imaginaire satisfaisant ? Sinon comment ne pas plonger dans le désespoir, se trouver complètement démunis, sans force, sans espoir ?
L’imagination, ce que l'on trouve « beau », ce qui nous touche, ce qui nous transporte vers du positif, des sentiments agréable, cet espoir, ces visions allégoriques, sont aussi des moteurs. Des moteurs sans lesquels la chute pourrait être très profonde.

La dernière affiche verte expose plus nettement l'aspect écologique, mettant en avant les feuilles, la végétation, les arbres appropriés par les classes supérieures de la population.